Rencontre avec Monsieur Ruiz à son domicile

Septembre 2009

[appartement à rez-de-chaussée d’une résidence mis aux normes d’accessibilité par le bailleur social AQUITANIS en agglomération bordelaise]

Monsieur Ruiz, souligne les oublis et aberrations de ce logement adapté pour une personne en situation de handicap physique et nous fait part des ses adaptations « personnalisées » nécessaire à sa totale autonomie.

Contact établi grâce au GIHP Aquitaine – Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques (Catherine Estienne, responsable du Bureau d’études et d’Accessibilité au Logement)

Rencontre avec Monsieur Moret à son domicile – usager

Extrait n°1

Extrait n°2

Extrait n°3

Extrait n°4

[appartement à rez-de-chaussée d’un immeuble mis aux normes d’accessibilité par le bailleur social DOMOFRANCE en agglomération bordelaise et près d’une station de tramway].
La visite de son appartement nous a montré tous les aménagements adaptés à son grand handicap moteur lui permettant une autonomie dans sa vie quotidienne. Les espaces doivent être amples et généreux, les hauteurs des meubles réglables, les passages des portes larges, les commandes des portes à infrarouge… Un univers télécommandé…
Contact établi grâce au GIHP Aquitaine – Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques
(Catherine Estienne, responsable du Bureau d’études et d’Accessibilité au Logement)

Les escales du design 2010 à Bordeaux

Le design dans tous les sens et le handicap avec tous ses sens…

Conférence proposée par l’ISIC (Institut des Sciences de l’Information et de la Communication) de l’Université Bordeaux 3

Le design sensoriel met en œuvre une interactivité entre le produit et l’utilisateur. Quid du design dans tous les sens, quand, justement, le handicap d’un sens fait son apparition ?
Devant l’émergence du design sensoriel qui permet d’accroître la sophistication des objets, comment le handicap s’inscrit-il dans ces motivations.
Depuis longtemps, sans handicap, nous utilisons la télécommande TV, …. Sa conception et son design ont pourtant été, à l’origine, élaboré pour des utilisateurs handicapés (mobilité réduite chez le senior, handicap physique, etc)… L’innovation est donc étroitement liée  avec la mise en application ou la substitution d’un sens afin que l’utilisateur bénéficie de fonctions ad’hoc ou élargies. Qu’ils s’agissent des qualités visuelles, ergonomiques tactiles, sonores ou odorantes d’un produit, le design doit intégrer la cohérence entre le besoin de l’utilisateur et l’ensemble des stimuli produits ou non par ce dernier. Le produit ne doit pas avoir seulement une « signature sensorielle », mais bien exprimer le sens pour être perçu par celui ou celle qui en est démuni.
Si la vision et le toucher sont des sens bien compris des designers, les couleurs, le poids, les matières, la densité semblent encore échapper au cahier des charges des concepteurs.

Intervenants à la table-ronde
. Marie-Pascale Mignot, architecte, maître de conférence associé à l’ISIC – Université Bordeaux 3
. Francois-Xavier Bellest, sémiologue à ALEXSENS – Paris/Montréal
. Richard Houis, designer et président de Cyclope Ulna – Nantes/Chine
. Florence Aubert, consultante en événementiel non voyante – Bordeaux/Paris
. Jessie Daniel, designer olfactif à Signature olfactive – Paris

Exposition [ARP] Artistes en Résidence Partagée

ARP – 308 Bordeaux

du 17 février au 11 mars 2011
Maison de l’Architecture d’Aquitaine
308 avenue Thiers
33100 Bordeaux

lundi de 13h à 18h / jeudi de 9h30 à 18h30
mardi, mercredi et vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h
entrée libre

exposition arp

Lancé à l’initiative du Conseil Général de la Gironde et présenté par le 308-maison de l’architecture, le projet d’exposition ARP, artistes en résidence partagée est né de la volonté de rapprocher deux cultures et deux disciplines dont les champs d’intervention se croisent souvent sans se rencontrer.
Pourtant, l’art et l’architecture opèrent tous deux dans la sphère sociale autour des notions du vivre ensemble, de l’appropriation des espaces, des usages ou encore de l’esthétique.
Quelles compétences peuvent partager Artistes et Architectes autour d’un projet commun ? Avec quelles complémentarités ?
Le soutien à la création artistique est désormais pluriel ; s’il additionne toujours projet architectural et intervention artistique, on peut les désigner en termes plus concrets de «savoir faire» et de «créativité». Ce positionnement préconise aujourd’hui davantage le partage de compétences entre architecte et plasticien, au sein même des agences d’architecture.
L’exposition ARP montre de nouvelles formes de collaborations inédites et met en lumière les dimensions communes propres à ces deux cultures.

 

3 ateliers d’architecture / 3 plasticiens
Marie-Pascale Mignot / Véronique Lamare
Jean de Giacinto / Nathaniel Raymond
Martine Arrivet & Jean Charles Zebo / Alexandre Garreau

Documents à télécharger:  Voir communiqué de presse ARPVoir plaquette ARP

Lien: http://www.ma-lereseau.org/aquitaine/

Rencontre avec Cécile Eclache, ergothérapeute au GIHP Aquitaine.

Cécile Eclache intervient sur des projets d’aménagements d’espace de vie privé ou public. Elle conseille, oriente pour répondre au mieux au handicap soumis, tant dans la mise en espace que dans les équipements à installer. Ses réponses se trouvent aussi dans les catalogues des industriels pour tous les équipements (douche, baignoire…) et accessoires (poignées, barres…). Le choix est possible dans des gammes et des aspects différents. Le design de ces objets et équipements est en progrès…

*GIHP Aquitaine – Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques

Pascal Medan – rencontre

Juillet 2009

Rencontre avec Pascal Medan, Direction Départementale de l’Équipement de la Gironde.
Son rôle consiste à contrôler l’application des règles et à assurer des cycles de formation concernant cette nouvelle réglementation auprès d’architectes, par le biais du CFA.
Il ne s’agit en aucun cas de porter un regard critique sur une qualité architecturale mais bien d’appliquer le règlement.
L’attention portée à l’accessibilité n’est aujourd’hui pas suffisante ; la plupart des projets traitent le handicap moteur mais ne prennent pas en compte les handicaps sensoriels.
L’application de cette réglementation est confrontée à un problème crucial : le financement ; en effet
aucune aide financière n’est prévue par l’état pour accompagner ces nouvelles exigences.