Maison du Foie gras à Thiviers (24) – label Tourisme Handicap

Maison du foie grasLa maison du foie gras et l’office du tourisme de Thiviers en Périgord vert, un équipement culturel et touristique accessible aux personnes handicapées et dépendantes

 » Un passage à gué entre les époques»         
Ces deux équipements ouverts en avril 2010 dans une ancienne bâtisse du XIXe siècle réhabilitée ont accueillis plus de 5000 visiteurs en saison estivale.
Sur une surface de 468 m2  à parcourir, l’architecte Marie-Pascale Mignot associée avec Lynda Lecomte-Lefèvre architecte d’intérieur, « offre un vaste volume à exploiter sur trois niveaux, ainsi que la charpente en bois et une baie en arc d’ogive, témoignages hérités du passé architectural. Le projet s’organise autour d’une structure porteuse monumentale en acier. La cage d’ascenseur crée une verticale noire hissant le visiteur au second niveau où démarre la partie musée. L’exposition se poursuit à l’étage inférieur auquel on accède sans rupture, par un large escalier. Point d’attache, une passerelle pittoresque du terroir, ou luxueuse du produit, Marie-Pascale Mignot s’inspire de la facture semi-industrielle des exploitations de foie gras qu’elle a pu observer alentour. La campagne c’est aussi cela : un environnement fonctionnel soumis à des normes strictes.
Par contraste avec cette architecture de la précision, le scénographe Olivier Demangeat a conçu des installations donnant de la rondeur, de la fantaisie, en écho à la bonne chère et à la convivialité. Ce mélange des styles rejoint la vocation du bâtiment. Être un lieu d’échange et de découverte. « 
Benoît Hermet, journaliste-rédacteur
Journal le 308 – Maison de l’architecture – novembre 2010

Maison du Foie Gras from mpmagence on Vimeo.

Une démarche globale pour l’accessibilité

L’architecte Marie-Pascale Mignot a été très précise pour que le bâtiment soit accessible aux personnes handicapées et dépendantes avec le label tourisme-handicap. Les attendus de la réglementation pour l’accessibilité du bâtiment aux personnes handicapées sont intégrés dans l’architecture et les aménagements, comme un tout indissociable. L’escalier de 1,40 m de large, pour répondre à la norme en vigueur, est mis en scène comme un élément architectural structurant. La main-courante de l’escalier et de la passerelle est éclairante comme un ruban sécurisant qui se déploie dans le bâtiment. A la fin de la visite dans l’espace boutique-dégustation, des sièges de repos fixes servent à une double fonction : repos des personnes âgées et protection du dessous de l’escalier pour les personnes mal ou non-voyantes. Cette installation répond aux contraintes d’accessibilité et est utile aux personnes qui doivent souvent se reposer, sans entraîner de surcoût. Les contrastes de couleurs sont intégrés, les sanitaires sont aménagés sans différence. L’accessibilité en ces termes, dépasse la seule contrainte du passage du fauteuil roulant et permet d’envisager une réponse globale.

Obtention du Label Tourisme Handicap

La maison du Foie gras à Thiviers en Périgord Vert (24) a été nominée au Recueil des belles pratiques et des bons usages en matière d’accessibilité de la cité. Opération nationale, lancée par le Ministère de l’écologie, du développement durable, du logement et des transports. L’architecte Marie-Pascale Mignot qui a réalisé le bâtiment et Michel Jaccou, le président de la Communauté de communes du Pays thibérien qui a commandité le bâtiment, ont contribué à mettre en place une démarche globale pour l’accessibilité. Par ailleurs, l’établissement a obtenu l’obtention du label Tourisme handicap.

Des équipements sans surcoût

– Toutes les portes d’accès sont sans seuil pour faciliter l’accès aux personnes en fauteuil roulant ou personnes ayant des difficultés de déplacement. Les portes sont larges. L’ascenseur dessert les 3 niveaux du bâtiment. Il accueille les personnes non-voyantes et mal-voyantes avec un dispositif sonore de guidage.

– Les changements de matériaux et de texture sont intégrés dans les sols pour servir d’avertisseur aux personnes mal ou non voyantes. La résine rouge terre cuite lisse du sol est en contraste avec des tôles à relief en acier galvanisé.

– Au niveau de la dernière marche des différentes volées de l’escalier des bandes podotactiles aux couleurs contrastées sont intégrées dans le sol pour avertir les personnes non-voyantes. Tous les nez de marche sont signalés par une bande blanche

– Un cheminement lumineux pour faciliter le déplacement & la main-courante de la passerelle et de l’escalier est éclairée sans interruption pour guider.La main-courante du garde-corps est éclairé sur toute sa longueur. Elle permet un éclairage constant  qui sert de guide pour les personnes en difficulté visuelle.

– Des contrastes de couleurs pour lire l’espace: Les équipements sanitaires sont adaptés aux handicaps et aux difficultés des personnes fragiles. Les contrastes de couleur : portes, parois, sol permettent de guider les personnes mal ou non-voyantes. Miroir, lavabo, robinetterie, plan de vasque sont à une hauteur étudiée pour les personnes en fauteuil roulant. Ces équipements servent à tous sans perte esthétique et fonctionnelle.

– Une double fonction pour des bancs de repos pour les personnes dépendantes servant de protection du dessous de l’escalier pour les personnes non-voyantes ou mal-voyantes qui se guident à l’aide d’une cane.

Lien: http://www.developpement-durable.gouv.fr/Une-operation-nationale.html

Voir l’article de Benoît Hermet Passage à gué

Publicités

Rencontre avec Monsieur Gobain


Nous avions rencontré Monsieur G. en novembre dernier.Mr G. est mal-voyant.Il vit en totale autonomie grâce à l’accompagnement du GIHP et de l’UNADEV de Bordeaux. À travers ses promenades urbaines il note les améliorations qui pourraient être mises en place dans l’aménagement de la ville (signalisation du tram, circulation dans les grands espaces…).

Rencontre avec Delphine HARMEL




Conseillère accessibilité auprès de la direction générale du Musée du quai Branly. Delphine Harmel est non voyante ; elle nous fait une description des espaces intérieur et extérieur du musée et des aménagements conçus pour l’accessibilité de tous. La réflexion sur l’accessibilité a été présente dés le début du projet de Jean Nouvel,  en témoigne le choix des espaces de circulation et le parcours « Rivière » qui s’adresse plus spécifiquement aux personnes déficientes visuelles :  espace multi-sensoriel, explorations tactiles et dispositifs sonores.
Des activités sont proposées autour d’ateliers, de visites, pour les personnes handicapées.
Une attention particulière est portée aux observations du public afin d’apporter de nouvelles améliorations.

Rencontre avec Monsieur Ruiz à son domicile

Septembre 2009

[appartement à rez-de-chaussée d’une résidence mis aux normes d’accessibilité par le bailleur social AQUITANIS en agglomération bordelaise]

Monsieur Ruiz, souligne les oublis et aberrations de ce logement adapté pour une personne en situation de handicap physique et nous fait part des ses adaptations « personnalisées » nécessaire à sa totale autonomie.

Contact établi grâce au GIHP Aquitaine – Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques (Catherine Estienne, responsable du Bureau d’études et d’Accessibilité au Logement)

Rencontre avec Monsieur Moret à son domicile – usager

Extrait n°1

Extrait n°2

Extrait n°3

Extrait n°4

[appartement à rez-de-chaussée d’un immeuble mis aux normes d’accessibilité par le bailleur social DOMOFRANCE en agglomération bordelaise et près d’une station de tramway].
La visite de son appartement nous a montré tous les aménagements adaptés à son grand handicap moteur lui permettant une autonomie dans sa vie quotidienne. Les espaces doivent être amples et généreux, les hauteurs des meubles réglables, les passages des portes larges, les commandes des portes à infrarouge… Un univers télécommandé…
Contact établi grâce au GIHP Aquitaine – Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques
(Catherine Estienne, responsable du Bureau d’études et d’Accessibilité au Logement)

Les escales du design 2010 à Bordeaux

Le design dans tous les sens et le handicap avec tous ses sens…

Conférence proposée par l’ISIC (Institut des Sciences de l’Information et de la Communication) de l’Université Bordeaux 3

Le design sensoriel met en œuvre une interactivité entre le produit et l’utilisateur. Quid du design dans tous les sens, quand, justement, le handicap d’un sens fait son apparition ?
Devant l’émergence du design sensoriel qui permet d’accroître la sophistication des objets, comment le handicap s’inscrit-il dans ces motivations.
Depuis longtemps, sans handicap, nous utilisons la télécommande TV, …. Sa conception et son design ont pourtant été, à l’origine, élaboré pour des utilisateurs handicapés (mobilité réduite chez le senior, handicap physique, etc)… L’innovation est donc étroitement liée  avec la mise en application ou la substitution d’un sens afin que l’utilisateur bénéficie de fonctions ad’hoc ou élargies. Qu’ils s’agissent des qualités visuelles, ergonomiques tactiles, sonores ou odorantes d’un produit, le design doit intégrer la cohérence entre le besoin de l’utilisateur et l’ensemble des stimuli produits ou non par ce dernier. Le produit ne doit pas avoir seulement une « signature sensorielle », mais bien exprimer le sens pour être perçu par celui ou celle qui en est démuni.
Si la vision et le toucher sont des sens bien compris des designers, les couleurs, le poids, les matières, la densité semblent encore échapper au cahier des charges des concepteurs.

Intervenants à la table-ronde
. Marie-Pascale Mignot, architecte, maître de conférence associé à l’ISIC – Université Bordeaux 3
. Francois-Xavier Bellest, sémiologue à ALEXSENS – Paris/Montréal
. Richard Houis, designer et président de Cyclope Ulna – Nantes/Chine
. Florence Aubert, consultante en événementiel non voyante – Bordeaux/Paris
. Jessie Daniel, designer olfactif à Signature olfactive – Paris

Exposition [ARP] Artistes en Résidence Partagée

ARP – 308 Bordeaux

du 17 février au 11 mars 2011
Maison de l’Architecture d’Aquitaine
308 avenue Thiers
33100 Bordeaux

lundi de 13h à 18h / jeudi de 9h30 à 18h30
mardi, mercredi et vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h
entrée libre

exposition arp

Lancé à l’initiative du Conseil Général de la Gironde et présenté par le 308-maison de l’architecture, le projet d’exposition ARP, artistes en résidence partagée est né de la volonté de rapprocher deux cultures et deux disciplines dont les champs d’intervention se croisent souvent sans se rencontrer.
Pourtant, l’art et l’architecture opèrent tous deux dans la sphère sociale autour des notions du vivre ensemble, de l’appropriation des espaces, des usages ou encore de l’esthétique.
Quelles compétences peuvent partager Artistes et Architectes autour d’un projet commun ? Avec quelles complémentarités ?
Le soutien à la création artistique est désormais pluriel ; s’il additionne toujours projet architectural et intervention artistique, on peut les désigner en termes plus concrets de «savoir faire» et de «créativité». Ce positionnement préconise aujourd’hui davantage le partage de compétences entre architecte et plasticien, au sein même des agences d’architecture.
L’exposition ARP montre de nouvelles formes de collaborations inédites et met en lumière les dimensions communes propres à ces deux cultures.

 

3 ateliers d’architecture / 3 plasticiens
Marie-Pascale Mignot / Véronique Lamare
Jean de Giacinto / Nathaniel Raymond
Martine Arrivet & Jean Charles Zebo / Alexandre Garreau

Documents à télécharger:  Voir communiqué de presse ARPVoir plaquette ARP

Lien: http://www.ma-lereseau.org/aquitaine/

Rencontre avec Cécile Eclache, ergothérapeute au GIHP Aquitaine.

Cécile Eclache intervient sur des projets d’aménagements d’espace de vie privé ou public. Elle conseille, oriente pour répondre au mieux au handicap soumis, tant dans la mise en espace que dans les équipements à installer. Ses réponses se trouvent aussi dans les catalogues des industriels pour tous les équipements (douche, baignoire…) et accessoires (poignées, barres…). Le choix est possible dans des gammes et des aspects différents. Le design de ces objets et équipements est en progrès…

*GIHP Aquitaine – Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques

Pascal Medan – rencontre

Juillet 2009

Rencontre avec Pascal Medan, Direction Départementale de l’Équipement de la Gironde.
Son rôle consiste à contrôler l’application des règles et à assurer des cycles de formation concernant cette nouvelle réglementation auprès d’architectes, par le biais du CFA.
Il ne s’agit en aucun cas de porter un regard critique sur une qualité architecturale mais bien d’appliquer le règlement.
L’attention portée à l’accessibilité n’est aujourd’hui pas suffisante ; la plupart des projets traitent le handicap moteur mais ne prennent pas en compte les handicaps sensoriels.
L’application de cette réglementation est confrontée à un problème crucial : le financement ; en effet
aucune aide financière n’est prévue par l’état pour accompagner ces nouvelles exigences.

Regards croisés sur le handicap

Artiste / Architecte en résidence partagée

 

La collaboration de Marie-Pascale Mignot, architecte et de Véronique Lamare, artiste s’est construite autour de la problématique et des enjeux portés par la loi du 11 février 2005. Cette loi, porte sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Elle oblige les espaces qui reçoivent du public à se mettre en conformité devant les situations du handicap pour améliorer l’accessibilité de l’ensemble de la chaîne du déplacement : cadre bâti, transports, voirie, espaces publics et logements.

La dépendance et le handicap, qu’il soit moteur, sensoriel, mental, cognitif ou psychique, nécessitent une connaissance réglementaire, humaine, sensible et spatiale. Marie-Pascale Mignot et Véronique Lamare se sont alors engagées sur un terrain qui ne leur était pas familier. Cette résidence partagée les a conduites à se mettre en situation d’apprendre, de découvrir, de s’informer et de se former.

L’artiste n’a pas tenté de faire sa place à côté de l’architecte et vice versa. Elles ont construit un véritable échange en croisant leurs regards. Une immersion à deux, hors de l’agence d’architecture ou de l’atelier d’artiste et l’observation de terrains inhabituels leurs ont permis d’aller à la rencontre des usagers et des acteurs du handicap, de recueillir des témoignages. L’artiste et l’architecte ont aussi fait l’expérience du handicap, toutes deux ayant obtenues leur Certification citoyenneté « action de solidarité – handicap » en 2010, pour mieux appréhender l’inaccessibilité du cadre bâti et de la voirie. Leur approche est allée au-delà de nos frontières, en observant également ce qui se passe dans les pays voisins.
Ce style de travail leur a permis de façonner une démarche inexpérimentée jusqu’à présent : « Nous prenons en compte le point de vue de l’usager comme appui pour ne plus se limiter à des réponses uniquement techniques et parfois inefficaces. Le regard de l’architecte et celui de l’artiste interviennent alors dans un champ mêlé vers la notion d’accessibilité universelle ».

De cette expérience originale est née une ambition : celle d’apporter une expertise tant sur le diagnostic d’accessibilité que sur la recherche de solutions.

Véronique LAMARE // Artiste

Véronique Lamare portrait

La pratique artistique de Véronique Lamare questionne l’engagement du corps à travers le geste et l’action. Le corps en mouvement vient s’inscrire dans le cadre délimité par le champ de la caméra et de l’espace architectural. Un travail de repérages effectué en amont consiste à arpenter la ville à la recherche de sites en attente, de chantiers disponibles, pour y activer une dépense physique, y prélever des éléments…
Une démarche qui convoque différentes formes : installation vidéo, performance, photographie, sculpture.

Véronique Lamare est diplômée de l’école des beaux-arts de Bordeaux et titulaire d’une maîtrise de psychologie clinique.
Elle a bénéficié de l’aide individuelle à la création – DRAC Aquitaine – 2004.
Un certain regard sur l’architecture l’amène à collaborer à la réalisation de vidéos sur des œuvres d’architectes bordelais (Lanoire&Courrian, Poggy/Dugravier, …).
En  2010, elle a été sélectionnée  par le Conseil Général de la Gironde pour la réalisation d’une vidéo sur l‘œuvre de l’artiste berlinois Florian Balze (1%  artistique).
Elle intervient régulièrement auprès de différents publics : scolaires, étudiants, seniors… par un travail de sensibilisation et de médiation à l’art contemporain.